Vitrail et vieilles pierres


 
HISTOIRE ET SYMBOLIQUE DES VITRAUX

 

L'âme des vitraux de la chapelle est le père Charles DESTRÉE, aujourd'hui décédé. Il en a conçu le dessin, pensé la symbolique, cherché le maître verrier, organisé le travail et, artisan du verre lui aussi, il n'a pas hésité à mettre la main à la pâte en coupant les cartons-patrons et en découpant le verre avec art et bonheur.

Le maître-verrier était Maître VAN DE CAPELLE. Il avait réalisé précédemment la petite église de Saint-Albert, à l'autre
bout de la citadelle, sur la route de Saint Gérard passant devant la clinique Sainte Elisabeth. A la même époque, il avait restauré les vitraux de la chapelle particulière du Roi, à Ciergnon. Il était très fier de raconter qu'il "déjeunait avec sa Majesté" (!) "C'était un bien brave homme", nous a écrit le père Destrée, "jamais je ne l'ai vu fâché..."

Dans l'atelier de Maître Van De Capelle, trois hommes travaillaient souvent ensemble : Laurent KANDERA qui coupait le verre avec dextérité, "à me rendre jaloux" dira le père Charles -, Paul DUCARME et le père Charles
DESTRÉE lui-même.

Un autre artiste, peintre-verrier du chanoine Lanotte, M. LONDOT, de Namur, a également participé à la réalisation des vitraux.

Le verre antique a été fourni par M. UPPLEGER, marchand à Bruxelles (à Koekelberg). Son nom avait été proposé par le beau-frère de Jean PANZA, verrier lui aussi.

 

L'entrée, le narthex, a été conçue comme le symbole du baptême avec au centre, la vasque remplie d'eau. Cette pièce qui précède la chapelle est ornée deux vitraux.

Le vitrail de gauche symbolise le péché représenté comme d'énormes tenailles mordant et empoisonnant notre vie.

Le vitrail de droite symbolise la délivrance, le flash de la Résurrection où la grâce, dès maintenant, rend possible notre respiration heureuse

 

Dans le sanctuaire proprement dit, les fenêtres à gauche et à droite tentent, par la couleur, de créer une progression vers la croix monumentale où le Christ est présenté dans une auréole, pieds et mains hors de la croix, comme déjà ressuscité.

Les vitraux nord, côté gauche de la chapelle, symbolisent par leur couleur une progression vers l'amour qui est au coeur des Evangiles. Les concepteurs auraient souhaité davantage de rouge, couleur rayonnante, mais ce coloris de verre coûte, hélas, fort cher.

Les vitraux sud, côté droit de la chapelle, reproduisent la même progression dans les coloris. Seules les formes des vitraux changent.

 

Les vitraux de l'abbaye de Saint-Gérard ont été à l'origine des vitraux du Collège

 

accueil | Collège d'Alzon


présentation | transformation de la chapelle | dessins préparatoires | symbolique | Saint-Gérard | technique du verre | Na2SiO3 | art du vitrail | évolution | beaux vitraux | création | cathédrale de lumière | Bernard Tirtiaux

Projet européen ‘Comenius’
Dernière modification : 08/12/07
© Collège d'Alzon, 2002