Vitrail et vieilles pierres


 
L'ART DU VITRAIL

 

Le choix du terme

Ce n'est qu'à partir du XVIIe siècle que le mot "vitrail" fut couramment employé pour désigner une clôture décorative de baie, le plus souvent de fenêtre composée de pièces de verres de couleurs serties dans des plombs. Jusqu'alors on utilisait surtout ceux de "verrine" ou de "verrière". Mais aucun de ces termes qui viennent tous trois du latin ne rend compte de l'extraordinaire pouvoir de fascination que cet art monumental lié à l'architecture a exercé pendant tout le Moyen âge et possède encore aujourd'hui.

 

Les origines

Elles restent mystérieuses et controversées. Le verre existe probablement depuis le IIIe millénaire avant J.-C.

Dès l'époque romaine et même avant, on utilisa des dalles de pierres perforées et des montures de bois ou de plâtre enchassées de matières translucides pour clore des ouvertures. Ce mode de fermeture nommé claustra ou transenne s'est poursuivi à Byzance et en Occident pendant le haut moyen âge, avant d'être progressivement remplacé par la baguette de plomb. Leur effet était probablement uniquement décoratif. L'introduction de figures et d'histoires peintes sur le verre, typique de l'Occident, ne remonte qu'aux environs de l'an mil.

 

Création de la maquette

 

On part toujours d'une maquette coloriée à l'échelle de 1/10° du vitrail à faire. Si le vitrail a des dimensions supérieures à 40 cm, il faut utiliser des barres transversales pour solidifier le tout. Cela doit aussi être indiqué sur la maquette. Ces barres ne doivent pas couper une partie intéressante du vitrail.
Quand le dessin est fait, on numérote chaque pièce sur la maquette. On prend un calque de celui-ci et on y indique la coloration, les couleurs des verres. On y marque aussi ce qu'il faudra ôter pour le plomb par un gros trait noir. On découpe alors le papier d'après les lignes et on obtient en quelque sorte des "patrons", le calibre. A l'époque du moine Théophile, on utilisait une table enduite de craie avant d'utiliser des patrons en tissu et au XVIe siècle, en carton


Sur cette photo, l'artisan travaille la maquette du vitrail et cherche soigneusement les coloris qui serviront le mieux l'intention de l'artiste

La coupe des verres

Après avoir choisi les verres, on découpe les calibres du patron. On les contourne sur le verre avec le coupe verre et on fait sauter l'excédent avec une pince ou un grugeoir (espaces creux en haut du coupe verre)
L'introduction du diamant ne remonte qu'au XVIe siècle Avant, on se servait d'un fer recourbé porté au rouge.

 

La peinture des pièces

 

Les pièces coupées, il faut les peindre. La peinture appelée grisaille, est une préparation qui a la propriété d'être vitrifiable. Elle se compose d'oxyde de cuivre ou de fer, de verre pilé et d'un liant, en principe à base d'acide acétique (vinaigre par exemple) Voici le processus : on trace à
l'aide d'un pinceau de poils d'animaux , comme ceux du blaireau, des dessins ou des hachures de couleurs liquides ou pâteuses. Ces dessins exécutés sur des verres incolores ou teintés étaient alors fixés par la chaleur du four qui ne doit pas excéder 600°. A cette température, la peinture s'incorpore au verre sans dommage pour ce dernier.

 

La mise à plomb

 

La mise à plomb consiste à engager successivement les contours de chaque pièce de verre dans des baguettes de plomb (en forme de h) qui sont fixées ensuite sur une table par des clous.

 

La soudure

Ensuite, il faut passer à la soudure de ce plomb. On utilise pour cela le fer à souder et de petites baguettes d'étain. On chauffe le verre et avec cet outil, on fait fondre l'étain à la rencontre de deux plombs. On continue ainsi jusqu'à ce que tout soit soudé. On enlève alors les clous de la table,
on retourne le vitrail pour souder l'autre côté. On veille à son étanchéité en introduisant du mastic sous les ailes des plombs.

 

La pose

 

On pose le vitrail dans une solide armature en fer forgé et on peut enfin admirer son oeuvre...

Ici, aux Iffs, en Ille-et-Vilaine, restauration et repose d'une oeuvre du XVIe siècle

accueil | Collège d'Alzon


présentation | transformation de la chapelle | dessins préparatoires | symbolique | Saint-Gérard | technique du verre | Na2SiO3 | art du vitrail | évolution | beaux vitraux | création | cathédrale de lumière | Bernard Tirtiaux

Projet européen ‘Comenius’
Dernière modification : 08/12/07
© Collège d'Alzon, 2002